Les kangourous sont originaires du continent australien et de certaines régions de la Papouasie - Nouvelle-Guinée. Certaines espèces sont propres à l'Australie.

Il existe plus de 60 espèces différentes de kangourous et de parents proches. S'il est impossible de déterminer le nombre exact de kangourous en Australie, la population des quatre espèces les plus courantes devrait être supérieure à 50 millions de têtes.

Tous les kangourous appartiennent à la super-famille des Macropodidés (les "grands pieds").

La famille des macropodidés comprend les kangourous, les wallabies, les wallaroos, les padémélons, les kangourous arboricoles et les kangourous forestiers.

     

Ces espèces existent également en Papouasie - Nouvelle-Guinée. Dans la famille de macropodidés, les espèces varient beaucoup en taille et en poids, de 0,5 à 90 kg.

La famille des Potoroinés inclut le potoroo, le bettong et le rat-kangourou. Les kangourous de cette famille ne vivent qu'en Australie.

En Australie, tous les kangourous qui ne sont pas dans des zoos ou des parcs naturels vivent en totale liberté.Les kangourous des différentes sortes vivent dans toutes les régions de l'Australie, des forêts humides de climat froid aux zones tropicales en passant par les plaines désertiques.

     
Vie et habitat

     

Les kangourous sont herbivores, mangeant toutes sortes de plantes et, dans certains cas, des mousses.La plupart sont des animaux nocturnes, mais certains sont actifs aux premières heures du jour et en fin d'après-midi.

Les différentes espèces de kangourous vivent dans des environnements divers, par exemple les potoroinés construisent des nids alors que les kangourous arboricoles vivent dans les arbres. Les kangourous des espèces les plus grandes tendent à s'abriter sous des arbres ou dans des grottes et des anfractuosités rocheuses.

Quelle que soit leur taille, les kangourous ont tous un élément commun : de puissantes pattes postérieures avec de longs pieds. La plupart des kangourous vivent au sol et peuvent être distingués des autres animaux par la façon dont ils font des bonds sur leurs solides pattes postérieures.La queue est utilisée par les kangourous comme un balancier durant les bonds et comme un cinquième membre pendant les mouvements lents.

Toutes les femelles ont des poches ventrales avec quatre tétines. C'est là où le jeune kangourou, -le "joey"- est élevé jusqu'à ce qu'il puisse survivre à l'extérieur de la poche. La plupart des kangourous n'ont pas de cycle de reproduction fixe et peuvent se reproduire tout au long de l'année.Comme ils peuvent se reproduire d'une façon aussi prolifique, une population de kangourous peut quadrupler en cinq ans si elle dispose d'un accès continu à de la nourriture et de l'eau en quantité abondante.

     
Gestion des kangourous

     
Pendant longtemps, les kangourous ont été d'importance pour la subsistance des peuples indigènes d'Australie. Les kangourous ont été chassés pendant des dizaines de milliers d'années par les aborigènes, tant pour leur viande que pour leur peau. Quand les Européens sont arrivés en Australie à la fin du XVIIIe siècle, ceux-ci ont également chassé le kangourou pour leur subsistance.

Les kangourous restent utilisés comme ressource, mais seulement sous le strict contrôle des autorités. Tous les Etats et Territoires d'Australie ont une législation pour protéger les kangourous. Seules les quatre espèces les plus abondantes de kangourous et une espèce courante de wallaby peuvent être chassées, et ce seulement par des chasseurs possédant un permis.

     
La chasse au kangourou et l'environnement

     

L'environnement de la prairie australienne est très fragile et facilement dégradé. Les populations de kangourous ont considérablement proliféré dans ces régions en raison de l'introduction de méthodes européennes d'agriculture, avec notamment la fourniture d'eau aux animaux domestiques comme les moutons et les bestiaux.
Les nouveaux approvisionnements en eau ont considérablement augmenté les taux de survie des kangourous. La croissance résultante des populations de kangourous dans les prairies d'Australie a entraîné un pâturage excessif pour cet environnement vulnérable.

La procédure d'abattage ou de réduction est donc vitale à la fois pour la gestion de la population de kangourous et l'entretien durable du terrain, et aide à la pérennisation de toutes les espèces de kangourous. Elle protège également les habitats naturels indispensables à la survie d'autres animaux de la faune indigène.

Les quatre espèces de kangourous qui font l'objet d'une chasse réglementée ont de très importantes populations, toutes au-dessus de cinq millions de têtes, dont l'importance doit être maîtrisée pour réduire la pression pesant sur le fragile environnement. Aucune de ces espèces n'est menacée ou en danger de disparition. La chasse au kangourou est décidée sur la base de quotas annuels de façon à ce que les populations de ces espèces soient maintenues à des niveaux viables.

Alors qu'il existe un commerce important de produits dérivés du kangourou, la chasse est bien gérée et l'activité ne nécessite pas de surveillance internationale (au titre de la Convention de Washington - CITES, 1978 - sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction).

Il n'existe pas d'élevage de kangourous en Australie. Tous les kangourous chassés à des fins commerciales sont abattus dans la nature par des chasseurs habilités.
Tous les animaux, à l'exception de ceux des zoos et des parcs naturels, sont des animaux sauvages libres de leurs mouvements.

     
Protection des kangourous

     

L'exportation de kangourous vivants est interdite au titre de la Loi (1982) sur la Protection de la Nature Sauvage (Réglementation des Exportations et des Importations). Il existe néanmoins quelques exceptions, par exemple pour des échanges de zoo à zoo, où des petits nombres d'animaux sont envoyés vivants à l'étranger.

Tous les kangourous chassés à des fins commerciales doivent être tués d'une seule balle dans la tête par un chasseur habilité et bien entraîné. La Commission d'Enquête du Sénat Australien sur la Protection des Animaux, après des travaux approfondis, a conclu : "Il ne fait aucun doute que la façon la plus humaine de tuer les kangourous est celle où des tireurs professionnels tirent sur les animaux."

La chasse aux kangourous et le traitement ultérieur sont assujettis à des réglementations strictes et tous les chasseurs risquent des sanctions s'ils ne respectent pas le Code National de Pratique sur l'Abattage Humain des Kangourous.

Dans toute l'Australie, des lois protègent les kangourous.Elles incluent des sanctions sévères pour prévenir les actes de cruauté à l'encontre des kangourous ou le traitement inhumain de ceux-ci.

     
     
     
Tous les élèments de cette page, à part quelques photos, proviennent du site de l'Ambassade de France en Australie.
     
     
     
L'Australie